Ces temps-ci, je ne suis pas très présente sur le blog. Je ne couds plus beaucoup, je cuisine par nécessité. Mais cela est seulement le signe qu'un changement s'opère en moi.

J’arrive au bout de ma première formation Montessori et j’ai très envie de transmettre aux parents, premiers éducateurs de l’enfant, ce que j’ai appris sur lui. Comment pourrais-je garder pour moi égoïstement ce que j’ai compris ? Comment résumer cela en quelques mots ? Comment transmettre ces contenus ? Comment expliquer que cette formidable pédagogie ne se cantonne pas à l’utilisation de certains matériels mais que sa philosophie a pour objectif ultime de développer le potentiel humain pour un monde et un avenir plus serein et plus heureux ? Comment balayer toutes les idées fausses qui circulent sur cette pédagogie et qui la dénaturent ? Comment inciter les adultes à se pencher sur cette question, et plus généralement sur l’importance du choix de l’éducation de nos enfants pour construire le monde de demain dans lequel ils évolueront ?

J’avais certaines pratiques, des certitudes, des intuitions et grâce à ce coup de projecteur sur ce nouveau regard porté sur l’enfant, j’ai revu mes positions.

Par exemple, je pensais fut un temps qu’il était inutile d’apprendre à lire à un enfant avant 6 ans. Il a le temps le pauvre avant de se lancer dans un tel apprentissage, pensais-je, préservons-le. L'école s'en charge, ne nous en mêlons pas. J’avais tort. L’enfant a soif d’apprendre, et il apprend avec une étonnante facilité jusqu’à 6 ans. Après 6 ans, son esprit passe d'absorbant à raisonnant, et cela demande plus d'efforts. Ainsi, il absorbe naturellement toutes les connaissances mises à sa disposition dans son environnement, comme le langage. Il n’a pas besoin qu’on le lui enseigne, il apprend tout seul à parler !  Alors pourquoi ne pas lui offrir plus que de vulgaires jouets en plastique qui le déçoivent le plus souvent. L’objet en lui-même ne l’intéresse pas autant qu’à nous adultes. L’enfant voit en lui l’action, le mouvement induit par son utilisation. L’enfant a besoin de faire travailler sa main pour développer son intelligence et apprend grâce à tous ses sens en éveil. Il est essentiel de préserver le penchant naturel de l'enfant à apprendre. Les enfants sont programmés génétiquement pour maîtriser leur développement. Observons-les et faisons leur confiance !

Voici les conseils de Maria Montessori pour ne pas entraver le développement de l’enfant ("L'esprit absorbant"):

-          «  Proposer des activités intéressantes ;

-          Ne pas les aider sans nécessité ;

-          Ne pas les interrompre quand ils ont commencé un travail intelligent. Ni menaces ni louanges ne sont nécessaires : rien que des conditions normales de vie ».

Je suis « enseignante » en plus d’être maman. Et là encore, le malaise que je ressentais dans ma position face à mes élèves était le signe que je devais revoir mon rôle. Comme c’est difficile de devoir motiver tout un groupe d’enfants dans l’objectif de leur apprendre une compétence à un moment donné !  Combien de temps les enfants sont-ils en réelle activité dans une journée scolaire si on décompte tout ce temps perdu à la gestion d’un groupe pour qu’ils fassent tous la même chose au même moment. Je ne veux plus que ma classe fonctionne comme le ferait une usine. Les enfants ne sont pas des objets ! Aujourd’hui je souhaite être davantage à leur écoute, répondre à leurs besoins particuliers, soigner l’ambiance de ma classe pour que les enfants puissent apprendre à se concentrer et à développer leur potentiel.  Quelle ambition me diriez-vous ! Et bien oui, j’ai décidé d’oser ce changement, d’oser croire en mes idéaux et cela me rend si heureuse. Je nourris mes enfants, mes élèves, et cela me nourrit à mon tour. Ce n’est que du bonheur ! Du travail certes aussi, mais récompensé par ces puits d’amour que sont les enfants.

Merci à mes enfants, mes 5 coeurs, qui m'ont montré la voie et m'ont donné des ailes ! Chaque jour qui passe, ils me confirment que les découvertes de Maria Montessori sont justes et pleines de bon sens.